vendredi 27 février 2015

Origine et histoire de la danse orientale

Existant depuis la nuit des temps, la danse orientale ne cesse de nous ravir et de nous faire rêver encore de nos jours. Sensuelle, exotique, avec les ondulations du ventre, des hanches, ainsi que les fesses, la plupart du temps accompagné par des mouvements des bras et des épaules, cet art trouve son berceau en Egypte comme en témoigne les différentes fresques existantes dans les tombes et autres supports anciens, même si depuis des siècles, elle est exercée dans plusieurs pays arabes, en Iran, Irak en Turquie. Aujourd’hui, la danse orientale est encore très populaire dans ce pays, ainsi que dans tous les pays Arabes d’ailleurs, et actuellement, elle est pratiquée partout dans le monde.


La place que tenait la danse dans le monde oriental

Que serait-ce une fête sans la musique et la danse. En effet, c’est l’expression de la joie, et une occasion devient festive dès fois qu’apparaisse une danseuse orientale.
Dans les temps anciens, les femmes dansaient afin d’invoquer Hathor, la déesse de la fertilité, ce qui explique les mouvements rotatifs des hanches, mais aussi de l’épaule et le buste. Et on distinguait deux sortes de danseuses: les Gawazy, qui dansaient dans les rues, et elles n’étaient pas les bienvenues, vu qu’on les associait souvent à des femmes de mauvaise réputation. Il y avait aussi les Almées, qui contrairement aux premières, sont adorées par les spectateurs, et elles ne dansaient que dans les milieux nobles.



Les différentes sortes de danses orientales

Même si on a tout de suite dans la tête quand on parle de danse orientale, mouvements lascifs du ventre, il existe plusieurs types de danses orientales. Il y a le Sharki, le plus classique et qui est considéré même comme la base de la danse orientale. Les mouvements sont très fluides et amples, accompagnés des arabesques gracieuses, on le pratiquait déjà au X-XIe siècles, et il était popularisés dans les années 1940-50 grâce aux grandes danseuses comme Samia Gamaal, Tahia Carioca, ...
Ensuite, vient le Baladi, qui allie à la fois nostalgie et joie dans les mouvements des bras, de la tête, avec le bassin comme racine. La danseuse avec ses gestes et l’expression sur son visage exprime de manière progressive son émotion ainsi que sa passion.
Puis, il y a le Ghawazee, dont l’origine vient de l’Inde, très énergique, les vibrations des hanches ainsi que les gestuels et mimiques du visage notamment les yeux incitent les spectateurs à ressentir les mêmes émotions que la danseuse.

Apparition de la danse orientale dans l’occident

En 1800, avec l’invasion de l’armée française menée par Bonaparte en Egypte, les français, notamment les soldats, découvrent cette nouvelle façon de danser qui ne meut principalement que le bassin ce qui explique son appellation dans le monde occidental : « danse du ventre ». La danse orientale se modernisait et on utilisa de nouveaux accessoires tels que les voiles, les costumes ornés de sequins qui était introduit par le monde hollywoodiens au début de la 20e siècle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire